Acerca de

SMILESb.jpg

#FASHIONSAVEMADAGASCAR

Sujet : #FashionSaveMadagascar

Sensibilisation de l’industrie de la mode à son impact sur Madagascar.

 

 

Paris, le 29 Septembre 2021

 

C’est la FASHION WEEK !

 

Une boite, un sourire, un espoir !

 

Good People, marque engagée auprès de la communauté malgache depuis sa création en 2015, prête ses belles boîtes blanches pour faire passer un message d’espoir à Tefy Léo, auteur du blog Un Malgache à Paris. 

 

Dans chaque boite, sera déposé un sourire, immortalisé en photo. C’est celui d’un enfant de Madagascar, l’avenir… 

Juste à côté, un carton avec le hashtag #FashionSaveMadagascar suivi d’un Qr Code. C’est une invitation à découvrir ce sujet sensible et pourquoi pas, prendre l’initiative de venir en aide aux populations de Madagascar: premier pays à subir, de plein fouet, le changement climatique.

 

Tous les jours, durant cette Fashion Week Parisienne, seront déposées sur les places et points 

stratégiques de la capitale ces fameuses boîtes blanches floquées Good People un moyen d’attirer l’attention sur l’urgence de la situation. Car si Madagascar est le premier pays touché par ce dérèglement, le reste du monde est concerné. 

 

Par cette action, Good People et Un Malgache à Paris espèrent attirer l’attention des acteurs de cette triste réalité. Un geste pour éveiller les consciences sur les nombreuses réalités de cette industrie accusée d’être « presque « aussi polluante que le pétrole : la mode.

 

Il est temps d’en reconnaître les conséquences. Il est temps d’agir !

 

Good People_Fashion_Save_MasagascarC.jpg

« À l’heure de la fast-fashion, plus florissante que jamais, il nous parait évident de vous parler des backstage de cette industrie ».

Nos actions ont pour but de mettre en lumière et éveiller les consciences sur ce qu’elle génère de plus impactant sur des pays producteurs, fournisseurs…les premiers concernés.
Et parmi eux, Madagascar.

Madagascar, est LE premier pays victime du réchauffement climatique. Selon un communiqué divulgué en Juin 2021 par le Programme Alimentaire Mondial (PAM), 1,5 million de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence, sans quoi elles ne survivront pas et ce, pour une raison simple : depuis quelques années, la sécheresse, due au dérèglement climatique mondial s’intensifie dans les régions du sud de l’Île Rouge. 


Les pluies se font de plus en plus rares sur des terres ou la vie en dépend : la quasi-totalité des cultures dans trois régions du sud du pays sont détruites, les terres sont devenues infertiles depuis la fin de l’an 2020. Dans certaines localités, il n'y a pas eu de grosses pluies depuis 2 ans et les familles qui dépendent de cette agriculture souffrent d’une famine sans précédent.

Pourtant, une grande partie de l’industrie de la mode provient de l’exploitation de ce pays, de part sa main d’oeuvre « bon marché », sa situation géographique (mi-chemin entre la Chine et l’Europe), et surtout, pour ses matières premières. 

Matières premières.

En première ligne, le raphia et le coton (pour ne citer que celles-ci), essence ultime de ce que l’on retrouve aujourd’hui dans les collections des marques. Aussi bien pour les maisons indépendantes que pour les plus prestigieuses enseignes des défilés parisiens et du reste du monde.


Ces ressources devenues princières sont au centre des intérêts des marques, qui travaillent leur green-washing sans vraiment se soucier du réel impact que leur exploitation génère.
D’abord sur le climat et inévitablement sur le mode de vie des populations locales.


Au-delà de ces conditions extrêmes que l’industrie de la mode a créées, perdure le fait que le pays souffre, aujourd’hui et directement, des effets des conséquences du réchauffement climatique. « Nous avons décidé de nous mobiliser pour exposer ce qui est étouffé dans le milieu de la mode aujourd’hui ». Clémence Goudard, fondatrice de la marque Good People et Tefy Léo RAFALIMANANA aka Un Malgache à Paris.

Visu 3.png

Madagascar est le premier pays à souffrir cette industrialisation massive, étant à la fois acteur de la production des articles de mode et premières victimes de leur surproduction.

Si les industriels de la mode bénéficient du travail des communautés à Madagascar, ils doivent leur rendre.

#FashionSaveMadagascar est un mouvement qui permet de sensibiliser les créateurs, les représentants, les acheteurs, les acteurs, au travail qui a été fourni par un pays qui paie les conséquences de notre irresponsabilité.

Si vous êtes sensibles à cette cause et que vous voulez oeuvrer plus concrètement, voici des associations qui s’occupent directement de venir en aide aux communautés les plus touchées :

Good People_Fashion_Save_Masagascar.jpg

Si vous avez des commentaires, faites le nous savoir.

Thanks for submitting!

Engagez-vous à nos cotés. Partagez ce communiqué

  • Facebook
  • Twitter
  • LinkedIn
  • Instagram